Le deuil est toujours une étape difficile à surmonter. Il faut faire face à des crises émotionnelles. Pour ma part, le décès de ma mère a aussi permis de faire table rase sur des aspects du passé souvent douloureux. Qui n’a pas connu des rancœurs et des jalousies avec ses frères et sœurs. Pour ma part, j’avais constamment ressenti une sorte de mise à l’écart qui m’a rendue susceptible et quelque peu sauvage. Retrouver les lieux de mon enfance, alors que je ne n’y étais pas venue depuis des années car ma maman était en ehpad m’a renvoyée à une autre époque. Je suis redevenue cette enfant que l’on mettait de côté. Heureusement, le temps s’est chargé de m’endurcir et nous avons pris les choses à bras le corps avec ma sœur.

Solder les querelles pour mieux avancer

Nous nous sommes immédiatement accordées sur le fait qu’il fallait débarrasser la maison au plus vite afin de la mettre en vente. Nous n’avions pas encore évoqué cette résolution car les frais de la maison de retraite étaient couverts par la pension de notre mère. Mais nous avons tout de même été choquées par l’aspect d’abandon des lieux. Les pièces n’avaient pas été aérées et il régnait une atmosphère d’humidité que nous avons combattue rapidement. Pour ce qui est des meubles et des objets personnels, il y a eu quelques discussions. Nous avions toutes les deux un attachement particulier pour le bureau en bois massif de notre mère. Comme elle était éditrice, c’est aussi à ce bureau qu’elle a déniché des pépites à publier. Enfin, comme nous n’allions pas le couper en deux, nous avons décidé que le mieux était encore de le céder à la maison d’édition.

Ainsi, il servira de témoin de la passion de notre mère. Pour le reste, nous avons constaté à notre grande surprise que quelques objets de valeur et notamment des bijoux avaient disparu des effets de maman. Les personnes qui s’étaient succédé à son chevet avaient sans doute puisé dans cette manne offerte. Notre mère n’était plus capable de s’entourer de personnes intègres. Nous avons tout de même retrouvé de nombreux souvenirs au grenier, ce qui nous a réconfortées.

Faire le tri pour se sentir plus léger

Nous avons choisi de donner à l’association Emmaüs tout ce que nous ne voulions pas garder. Notre mère, sans être atteinte de TOC, avait la manie de tout conserver. C’est vrai qu’il y avait de la place à combler. Nous avons été quelque peu submergées par les kilos de vêtements, draps, et autres babioles. Pour la vaisselle, il a fallu faire de même et mises à part quelques pièces de vaisselle, tout est parti rapidement, après le passage de débarras Lorient la société débarras Rennes et débarrasse maison Quimper nous avons fait appel à une entreprise de débarras après décès Bretonne lorsque tout a été vidé une société de débarras Brest. Un peintre est venu appliquer une couche pour redonner un coup de jeune à l’ensemble et nous avons pu mettre la maison en vente dans de bonnes conditions.